Imprimer

Conseil latinDu 9 au 12 janvier nous nous sommes retrouvés, à Lyon, les Conseils provinciaux sma « latins », c’est à dire d’Espagne, d’Italie, de Strasbourg et de Lyon. Il s’agissait d’une réunion d’échange sans autre objectif sinon de partager ce que nous faisons et de voir comment nous entraider.

Nous avons commencé par parler de notre maison de Lyon et de la réforme qui est en cours : fermeture du musée, ouverture du « carrefour des cultures », travaux d’architecture intérieurs. Tous avaient entendu parler de cela puisque ça partait de décisions internationales des années 2014 à 2016 mais bien peu étaient vraiment au fait des projets. On a gentiement reproché à la Province de Lyon de ne pas avoir assez communiqué ce qu’elle a entrepris mais tous se sont félicités du tournant que notre maison mère du Cours Gambetta est en train de prendre. Un sujet de discussion important a été de voir comment cette maison pouvait être relayée dans les différentes provinces, par exemple en délocalisant une activité initiée à Lyon… Cette maison serait ainsi le centre d’un réseau de relations et d’activités coordonnées entre les différents pays. Chaque pays pourrait y apporter sa note propre et un retour vers Lyon en ferait une source d’enrichissement pour tous. Certains ont insisté pour qu’on n’oublie pas l’aspect « recherche missionnaire », dans les points que cette maison doit aborder, pour être fidèles à notre histoire et voir comment vivre cette mission aujourd’hui. Cette maison doit être un lieu de référence pour nous… On voit que nous sommes présents en paroisses, mais une question doit être posée : qu’est-ce que la SMA apporte de spécifique comme Société missionnaire dans ces paroisses ; c’est une question qui demande une réflexion d’ensemble. Les moyens de communications modernes doivent nous aider à vivre cela et à le démultiplier.

Ensuite, on a regardé comment chaque Province réalise son animation missionnaire : les contextes sont très variés : en Espagne, tout part de la vente des calendriers qui mobilise plus d’une centaine de laïcs de septembre à décembre, c’est la principale source de revenu des pères sma ; ils font des catéchèses missionnaires, et des cycles de conférences, soit à la maison sma soit ailleurs ; ils donnent aussi beaucoup d’importance à la commémoration des pères défunts : ils organisent des célébrations festives dans la commune d’un père missionnaire et on met une plaque dans l’église de son village.

En Italie, la visite des séminaires a toujours beaucoup d’importance pour donner aux séminaristes une conscience missionnaire, les pères circulent aussi beaucoup dans les paroisses et travaillent en commun avec d’autres instituts missionnaires, cette année passée, ceux-ci ont organisé un grand évènement missionnaire qui a rassemblé des milliers de personnes durant trois jours : festival joyeux et convivial où les chants, la prière, des ateliers de toutes sortes ont permis à un public nombreux de renouveler ses convictions et son engagement missionnaires. Les pères sma italiens sont aussi très engagés dans le service des migrants et cherchent de nouvelles voies de faire les choses, par exemple le P. Lorenzo qui i travaillent dans deux camps près de Padoue a été nommé par l’évêque pour faire un animation spirituelle de ces camps : il emmène chaque dimanche des jeunes migrants pour partager la célébration dominicale dans les paroisses, ainsi ces migrants connaissent un peu la réalité des familles et des paroisses italiennes et les paroissiens rencontrent des jeunes qui partagent les mêmes convictions : les migrants ne sont plus des gens lointains dont on a peur !

A Strasbourg, l’animation missionnaire tourne autour des 4 maisons sma, solidement ancrées dans les différents diocèses et lieu de référence ecclésiales mais aussi dans les paroisses. Depuis toujours les pères sma ont été intégrés dans les paroisses aux côtés du clergé diocésain. On demande à ces jeunes pères sma d’apporter une nouvelle manière de faire et d’être église.

Dans la Province de Lyon, une large réflexion a été menée ces dernières années pour renouveler nos engagements dans l’animation missionnaire, en lien avec nos équipes de Nantes et Lyon. Un jeune confrère a été affecté uniquement à cela. La Province de Lyon a aussi accepté la responsabilité de deux paroisses à Nantes et Lyon. Les diocèses demandent à la Sma d’être davantage présents aux côtés du clergé diocésain pour apporter sa pierre au travail de réévangélisassions qui est en cours. Les différentes maisons sma sont engagées auprès des migrants mais on voit qu’il faut « monter en puissance » pour cet aspect. Ce travail se réalise avec des équipes mixtes de confrères français qui commencent à être âgés et de jeunes confrères d’Inde ou d’Afrique…

Ensuite on a partagé notre relation au « monde des jeunes ». Tous, nous sommes conscients de l’évolution très rapide qui a eu lieu et de comme les choses ont changé en peu d’années. Il e st important de partager ce que nous faisons : comment proposer aux jeunes une porte d’entrée à ce monde passionnant de la Mission ? Comment apporter un appui spirituel pour grandir dans la foi ? Cela suppose d’abord d’être présent là où se trouvent les ados, les étudiants, les jeunes travailleurs…

On voit la nécessité de continuer à échanger là-dessus même si le contexte de chaque pays est différent. Toutefois, il faut que l’on fasse des choses en commun maintenant, ça nous aidera à travailler davantage ensemble. On propose de faire un bout du chemin de Saint Jacques ensemble…

On décide de se revoir l’année prochaine, encore la semaine après l’épiphanie.

france 229x300

 

François du PENHOAT
Supérieur Provincial
Lyon