Imprimer


Je suis récemment revenu d'une visite merveilleuse en Inde : une terre de mystère, d'enchantement et de beauté où mille styles de vie respirent comme une seule nation sur une fascinante maitrise de langues, de coutumes et de croyances.

Les gens de l'Inde se demanderont ce qui m'a poussé à y aller pendant l'un des mois les plus chauds de l'année - les températures atteignent 42 degrés certains jours! J'ai choisi cette fois-ci parce que j'étais déjà engagé à une rencontre internationale de MISAL (Missionary Institutes of Societies of Apostolic Life) à Hong Kong et plutôt que de retourner en Europe et d'engager les frais d'un autre billet pour l'Asie j'ai décidé de rester sur le continent en ce moment.

Malgré la chaleur c'était une super visite. Mes remerciements au Père Joy Andrews et à tous les membres pour avoir rendu ma visite si mémorable. J'ai rencontré tous les confrères qui travaillent actuellement en Inde ainsi qu'un certain nombre de ceux qui viennent d'Afrique en vacances. J'ai rendu visite aux sœurs franciscaines de la Présentation de Marie (qui travaillent avec nous à Nocetta) à la maison généralice de Coimbatore. J'ai été ravi de rencontrer à nouveau Srs Rita et Rani et j'ai eu la chance de rencontrer également des membres de la famille des membres de la SMA et des sœurs franciscaines.

Comme les distances entre nos maisons en Inde sont étendues, j'ai pris trois vols internes - tous très confortables. Je me suis envolé de Chennai à Hyderabad pour visiter Jadcherla (Etat de Telengana) pour rencontrer les étudiants de l'année d'orientation et leurs formateurs. C'est une belle maison dans une zone un peu isolée. Les chiffres sont bas cette année et l'espoir est que l'année à venir apportera plus de vocations. Une tendance notable est le moins de vocations du Tamil Nadu et l'augmentation des États tels que Orissa, Telengana et Andrah Pradesh.

De Hyderabad je me suis envolé pour Coimbatore et suis resté à Karumathampatty. J'ai rendu visite à l'évêque de Coimbatore et au magnifique nouveau sanctuaire de Karumathampatty. J'ai vu le gros travail réalisé dans l'animation de mission et la collecte de fonds.

De là, nous avons conduit les quelque 200 kilomètres jusqu'à Karumathur. Là, j'ai rencontré les étudiants en philosophie et les formateurs. Un point culminant de cette visite a été la bénédiction d'une image magnifiquement sculptée de Notre-Dame d'Afrique. Un grand nombre d'amis des communautés religieuses voisines y ont participé, la collaboration étant une caractéristique de la vie religieuse de ce côté.

De Madurai, je suis retourné à Chennai. J'ai eu la chance de rencontrer certains de nos étudiants en théologie et en philosophie et leurs formateurs. J'ai également vu les différents organes administratifs de l'Unité et tenu des réunions avec des individus et des groupes, grands et petits.

Je n'ai signalé aucun individu en dehors du Père Joy, le Supérieur. C'est pour refléter le bon esprit de famille que j'ai trouvé parmi nos membres. J'ai trouvé une passion pour la mission exercée par différentes voies: ministère paroissial, travail de formation, promotion, médias, conseil, animation de vocations, etc.

L'unité indienne est confrontée à des défis et son leadership est bien placé pour relever ces défis:

• quelques maisons de formations : certaines d'entre elles sous-utilisées.

• La sensibilisation aux vocations a besoin d'un fort encouragement.

• Les défis financiers de divers types.

• La nécessité de garder vivante la passion pour la mission et l'Afrique

• Les opportunités présentées par les médias modernes

Je pourrais partager beaucoup plus de défis et souligner beaucoup d'autres aspects de la mission SMA comme vécu en Inde par le District-in-formation. J'espère que ce très court rapport vous donnera une idée de mon expérience.

Fachtna O’Driscoll, SMA  

Supérieur Général