Imprimer

 articles

Chaque troisième dimanche d'octobre, l'église catholique célèbre la Journée mondiale des missions dans le monde entier. Le pape François, dans son message a souligné à tous les chrétiens la mission que nous avons reçue de Christ. Ces mots seuls parlent du témoignage de notre foi jusqu'aux extrémités de la terre. C’est un moment de profonde solidarité lorsque l’ensemble de l’église se soucie des «communautés chrétiennes dans le besoin - et soutient la proclamation de l’Évangile» - même aux extrémités de la terre.

Premièrement, c’est un moment de solidarité, c’est-à-dire un moment d’union avec nos frères et sœurs chrétiens qui ont cruellement besoin de notre aide. Certains endroits n'ont pas encore d'église et les missionnaires n'ont pas assez de budget pour vivre dans des endroits reculés afin d'accomplir le travail confié par notre Seigneur. En tant que prêtre missionnaire SMA, j'ai été témoin du nombre de prêtres et de sœurs philippins qui travaillent maintenant dans les villages reculés d'Afrique et d'Asie et travaillent à la promotion de la Parole de Dieu. Notre église doit être une église missionnaire, tendre la main aux autres et ainsi, nous pouvons unir et soutenir les communautés chrétiennes dans le besoin.

Deuxièmement, c'est un moment de proclamation de l'Évangile. Nous sommes tous missionnaires en vertu de notre baptême et en tant que missionnaires, nous avons une tâche missionnaire dans la vie. Notre Dieu nous charge de proclamer l’Évangile, mais comme nous n’atteignons pas le monde partout, nous envoyons nos prêtres missionnaires, nos sœurs et nous étendons dans les endroits reculés, en particulier en Afrique et en Asie, pour soutenir la proclamation de l’Évangile.

Cette «Journée mondiale des missions» nous donne l’occasion de mieux comprendre le sens de Mission. Un certain nombre de prêtres, de sœurs et de missionnaires laïques philippins sont maintenant affectés dans différents pays. J'ai été au Ghana pendant près de 9 ans en tant que prêtre missionnaire. Et j'ai été affecté dans 26 villages. Au début, c'était un sacrifice pour moi, puis plus tard, j'ai découvert la joie que procure ce sacrifice. C’est un sacrifice pour l’Evangile, un sacrifice pour le dessein de Dieu et un sacrifice pour la mission. Ma mère m'a déjà demandé pourquoi je devais quitter le pays pour servir d'autres personnes en dehors des Philippines. J’ai dit: «Lorsque Dieu m’a appelé pour devenir prêtre missionnaire, je promets de servir son peuple sans frontières, sans couleur ni barrière de la langue.»

Les missionnaires sont ceux qui travaillent au-delà de leurs frontières, en particulier ceux qui n'ont pas encore entendu l'évangile. Ils ne voient qu'une couleur, et c'est la couleur de l'amour. Les missionnaires doivent quitter leur pays d'origine et adopter une nouvelle culture, une nouvelle langue et un nouveau style de vie.

Le Seigneur nous appelle toujours à sortir de nous-mêmes et à partager le don de notre foi aux autres. En partageant notre foi avec les autres, nous accomplissons également la mission de Dieu. Nous ne pouvons pas accomplir notre mission sans notre foi engagée.

Saint Paul a dit: “proclamez la Parole; être persévérant, convaincre et encourager à travers toute la patience et l'enseignement ». Si nous ne persistons pas à partager la PAROLE avec les autres, nous ne sommes pas de vrais témoins.

Au cours de la Journée mondiale des missions, à la paroisse SMA Good Shepherd, j'ai également promu la vocation missionnaire de la Société des missions africaines auprès de nos paroissiens. Merci également à nos missionnaires laïcs de nous soutenir financièrement et spirituellement. L'église a besoin de plus des missionnaires: prêtres, sœurs et laïcs.

FR. ALAN L. DE GUZMAN, SMA