Imprimer

denis2Un petit garçon a tellement touché mon cœur le jour de Noël. Le garçon s’est joint à la voiture en tenant un œuf. Alors j’ai demandé au P. Lawrence, à quoi servait l’œuf, il m’a dit que c’était l’offrande du garçon pour Noël. Quel esprit généreux! Le garçon a épargné son oeuf unique pour Dieu; en effet Dieu aime le donneur joyeux…

Le peuple Pokot

Cette année, j’ai rejoint la communauté SMA de Chepareria, dans le diocèse de Kitale au Kenya, pour célébrer la naissance de notre Seigneur Jésus-Christ. J’ai été accueilli par les PP. Anthony CJ et Lawrence Amalraj. J’étais avec le père Mohan (supérieur de la formation à Nairobi) et deux séminaristes : Jean-Paul Lawson et Lambert Kette.

denis1a ville de Chepareriaest située dans le comté de West -Pokot de la province de Rift-Valley au Kenya. Il a de belles collines surplombant les nombreuses vallées chez nos chrétiens. Les gens ici sont appelés le Pokot et l’agriculture est leur principale occupation. Ils cultivent le maïs et le mil et élèvent des bovins, des chèvres, des moutons et des volailles. J’aime l’esprit accueillant des gens. Il était très facile d’entrer en conversation avec eux dans la rue. Ils m’ont parlé de leur histoire et de leur culture. Pokot en tant que tribu au Kenya s’étend à l’Ouganda voisin. 

Jeudi 26 décembre, la fête de saint Etienne était un jour de marché à Chepareria. La foule était grande avec des gens qui vendaient du bétail et des récoltes provenant des fermes paysannes. Ainsi, parmi ces personnes, la SMA a planté sa mission. La paroisse compte plus de 30 stations en périphérie réparties sur les collines.denis

La foi du peuple

Le christianisme est une religion dominante dans le bassin de la paroisse de Chepareria. J’ai remarqué la forte présence d’autres confessions chrétiennes que le catholicisme. Les paroissiens ont une foi forte. Ils parcourent de nombreux kilomètres pour assister à la messe et organiser d’autres célébrations liturgiques pour marquer divers événements de la vie, comme une récolte réussie. La nuit de Noël, j’ai été ému de voir de nombreux chrétiens gravir les collines dans l’obscurité pour célébrer la veillée de Noël.J’ai aussi remarqué à quel point ils sont prêts à soutenir les prêtres. Ils n’ont pas beaucoup, mais ils sont prêts à se départir du peu qu’ils ont pour subvenir aux besoins des prêtres. Ils offrent des sacs de maïs comme remerciement pour une bonne récolte et la masse qu’ils donnent de leur cœur.

Célébrations liturgiques

La foi forte du peuple se reflète dans leurs célébrations liturgiques. Les messes auxquelles j’ai assisté étaient animées de belles chansons et danses. Des prières ont été librement offertes par les laïcs leur donnant cette participation active et consciente au culte divin.

Le jour de Noël, quand Gloria a été entonnée, toute l’assemblée a été jetée dans le chant fort et la danse exprimant l’humeur du peuple- joie. La joie de connaître et d’annoncer le Christ caractérise le comportement de nombreuses personnes que j’ai rencontrées.


Première ordination pour Chapareria

Le matin du 27 décembre, il y a eu une ordination diaconale de six jeunes hommes dans la cathédrale de Kitale. Parmi eux se trouvait Emmanuel Batei de la paroisse de Chapareria.

Famille, amis, et les paroissiens de Chapareriaétranglés à la cathédrale pour l’ordination. Je prie pour que d’autres ordinations suivent à l’avenir.

La communauté SMA

Il y a deux prêtres SMA au service de la paroisse qui est composée de 30 villages. On peut donc imaginer la charge de travail. Ils vivent dans une maison simple sans travailleurs rémunérés. Malgré leur emploi du temps, ils trouvent le temps de cuisiner seuls et de faire certaines tâches ménagères aussi. J’admire vraiment leur simplicité et leur dévouement. Je peux voir le charisme SMA vécu : la proximité avec le peuple et aider à construire l’église locale. Avec peu de ressources, l’équipe est en mesure d’accomplir beaucoup dans et avec joie. En tant que communauté SMA, nous avons partagé de bons repas que nous avons nous-mêmes préparés, avec certaines personnes autour de nous, y compris des sœurs d’un couvent voisin. La fraternité partagée dans la communauté m’a fait oublier que j’étais loin de la maison et de la famille. En effet, j’ai eu un beau Noël.

Dennis SenyoEtti, SMA