Imprimer

mbm

 Dans cet entretien, le P. Michel Bonemaison, présentement archiviste à la maison générale à Rome, nous relate brièvement son expérience missionnaire. De cette expérience missionnaire est née sa passion pour l’écriture qui l’a conduit à l’écriture de plusieurs articles et livres dont le tout dernier intitulé : « Naissance d'une Eglise locale : Le Haut - Dahomey 1931-1964 (Tome 1) », disponible sur Amazon.
Le P. Michel Bonemaison nous en donne les grandes lignes.

Pouvez vous nous parler brièvement de votre expérience missionnaire ?
 

C’est fin août 1965 que les missions africaines me permettaient d'arriver au bénin, au Dahomey comme professeur au petit séminaire de Parakou mais très vite j'ai été en pastorale. Ma pastorale je l’ai vécu essentiellement à Bembéréké pendant sept ans puis ensuite c'était des nominations de trois ans successifs à bagou un Gogonou, à Ouénou, à Tobré, Péhouko et récemment à Bori. J'ai préparé des fondations comme celle de Péhouko ; J’ai fondé la paroisse de Bori. Mais en même temps que j'avais le souci pastoral que me confier mes évêques, il y avait aussi ce service de l'enseignement des catéchismes, l'enseignement de la parole pour préparer des relais en la personne des catéchistes à Gogonou et puis un à Natitingou où j'ai été responsable de la formation permanente. Je me suis aussi occupé selon la demande et des évêques successifs de tout ce qui étaient social en fondant la Caritas diocésaine ou de ce qui étaient aussi social en mettant en route une pastorale diocésaine des jeunes notamment à Natitingou. Voilà essentiellement en quelques mots ce qu'il m'a été donné de vivre au service de l'évangile et de l’Afrique.
 

Comment êtes vois arrivé à l’écriture de livres ?
 

Ces années de vie pastorale j'ai voulu les transmettre à travers l'écriture car j'aime beaucoup écrire, aux amis à la famille dans des lettres ou bien des articles à des revues telles que Missy, peuples du monde, etc. Et je transmettais ainsi cette passion pastorale à travers mon goût de l'écriture et cela me permettait de me laisser réinterroger autrement et de progresser ainsi sur ma vision de l’Afrique et la vision que j'avais de mon de ma pastorale, de mon apostolat. C 'est ainsi que j'ai abouti à l'écriture de livres : le premier c'était une traduction commentée et maintenant aujourd'hui je sors mon deuxième livre ; mon deuxième livre qui est donc une recherche. Une recherche sur la naissance de l'église dans ce nord Bénin où j'ai travaillé.
 

Quelles sont les grandes lignes de ce livre ?
 

C'est d'abord une époque une époque, de 1931 en 1948, limitée dans le temps. C'est l'époque de la fondation de la mission en 1931 ; et cette mission devient la mission de Niamey qui devient préfecture apostolique en 1941. Puis il y a une division, l'érection de la préfecture apostolique de Parakou en 1948 ; donc 1931, 1942, 1948 et nous avons deux préfectures apostolique Niamey et Parakou.
Ensuite c'est un territoire : en Afrique occidentale le haut Dahomey, le Niger sont des territoires français, des cercles comprenant aujourd'hui huit diocèses deux au Niger : Niamey et Maradi. Un au Burkina Faso : Fada N'gourma et cinq au nord Bénin: Parakou Natitingou, Kandi, Djougou et N’Dali, dans l'ordre de leur naissance.

Ce livre présente aussi des acteurs, ce sont des hommes : pères de la SMA, des missions africaines ; essentiellement Mgr François Steinmetz, Mgr Louis François Parisot et Mgr François Faroud le premier prêtre de Niamey, premier préfet apostolique de Niamey, premier préfet apostolique de Parakou ; et puis le P. Alphonse Chall qui a fondé la mission de Zehnder ; le P. Jean-Baptiste Truands qui a fondé la mission de Kandi ; le P. Joseph Huchet qui a fondé la mission de Natitingou ; le père Maxime Chazal qui a fondé la mission de Dada N'gourma puis de Tanguiéta. 

Ensuite mon projet est de donner la parole aux confrères qui sont les pionniers de la mission à travers leurs lettres : il est donc important de laisser des lettres, de laisser des traces ; à travers leurs articles déposés dans nos archives à Rome. Articles que j'ai pris essentiellement dans notre Echo des MissionsAafricaines, qui est une mine d'une richesse extraordinaire.
Voilà, un livre de 429 pages édité par les missions africaines à Rome et qui va sortir au mois de juillet.
 

Je vous en souhaite bonne lecture et une bonne découverte, une vraie découverte amoureuse de ce territoire que j'ai foulé de mes pieds et que j'aime beaucoup.