Imprimer

IMG 20190325 WA0012

Le crime d'abus sexuel commis par certains dirigeants de l'Église nous a tous profondément touchés. De nombreux prêtres et paroissiens restent blessés, en colère, cyniques et confus. Le traumatisme n'est pas quelque chose qui disparaîtra simplement avec le temps. Quelque chose de terrible est arrivé pour lequel aucune explication ou excuse ne suffira.

Nous devons être la lumière du Christ. Les victimes et les survivants d’hier méritent notre compréhension et notre soutien. Les enfants, les jeunes et les adultes vulnérables d’aujourd’hui ont besoin de notre protection et de nos conseils. Nos frères et sœurs en Christ veulent avoir l'assurance que la lumière devient plus brillante et non plus faible.

La protection des mineurs et des adultes vulnérables est conçue pour nous aider à rendre l'Église vraiment sûre pour les personnes vulnérables, pour dissiper la méfiance et la colère qui affligent tant de nos frères et sœurs.

Dans le motu proprio, le pape François a déclaré que «la protection des mineurs et des personnes vulnérables fait partie intégrante du message évangélique que l'Église et tous ses membres sont appelés à répandre dans le monde». Il a également ajouté: «Nous avons tous le devoir d'accueillir avec générosité les mineurs et les personnes vulnérables et de créer pour eux un climat de sécurité qui accorde la priorité à leurs intérêts », a-t-il souligné, exigeant une« conversion continue et profonde ».

Il souligne l'importance «du devoir de dénoncer les abus aux autorités compétentes et de coopérer avec elles» et insiste sur le fait que «tout abus ou maltraitance à l'égard d'un mineur ou d'une personne vulnérable» doit être poursuivi conformément à la loi. En outre, quiconque prétend avoir été «victime d'exploitation, de sévices sexuels ou de maltraitance sexuelle», ainsi que les membres de sa famille, «a le droit d'être reçu, écouté et accompagné».

C’est dans cette optique que l’Institut missionnaire catholique d’Abidjan (Icma) a inauguré, samedi 23 mars, son centre de protection et de sauvegarde des mineurs et des adultes vulnérables. Lors de son discours inaugural, le p. Paul Eninn, recteur de l'ICMA, a déclaré: "Notre centre a pour objectif de sensibiliser à la question des abus sexuels et du pouvoir sur autrui." Il a ajouté que le centre "a également pour rôle de former tous ceux qui souhaitent recevoir une formation dans ce domaine ou auprès de ceux qui supervisent des enfants. Enfin, il s'agit d'un espace d'écoute et de soutien pour les victimes d'abus sexuel. "

Le centre est ouvert à tous: prêtres, religieux et laïcs ivoiriens, victimes ou personnes concernées, car "c'est un fléau présent dans la société", selon le père Paul Ennin, qui a ajouté: "Nous avons déjà commencé la campagne, et nous avons touché de nombreuses personnes et institutions qui nous ont permis de le réaliser ".

Pour mener à bien cette mission, Icma s’attache à sensibiliser les paroisses, les associations chrétiennes et civiles, les petites communautés chrétiennes, les écoles et les familles, mais aussi à écouter attentivement les voix des victimes et à assurer leur accompagnement et leur formation (en ligne) certificat de protection des mineurs et des personnes vulnérables.

Dominic SMA